Déjà client ?

Authentifiez votre produit GINKO Control !

Cliquez ici !

Questions/Réponses relatives à l'utilisation d'un patch GINKO Control®

Patch de 29 mm à coller au dos du téléphone

 

Informations introductives

Si l’existence d'un effet sanitaire nocif des radiofréquences reste encore difficile à affirmer de façon certaine, la question reste préoccupante au regard de certaines "manifestations cliniques" de plus en plus répandues de nos jours et particulièrement aigues chez certains sujets dits "électro-sensibles". Qu’il s’agisse de troubles du sommeil, de céphalées, de douleurs articulaires erratiques, de pertes de mémoire, de stress, …, le constat de ces "anomalies sanitaires" conduit à envisager la possibilité d'une cause organique en lien avec l'environnement électromagnétique radiofréquence (EEM-RF) et les propriétés électriques du corps humain.

 

Quel rôle objectif jouent alors les rayonnements électromagnétiques radiofréquences dans l’initiation de ces anomalies, peut-on en comprendre les mécanismes et dans quelle mesure serait-il possible d'en diminuer les effets ?

Pour tenter de répondre à ces préoccupations, la Société GINKO France propose l'utilisation de patchs passifs dont l'efficacité est testée et retenue sur la base d'une évaluation objective de certains paramètres cliniques à "turnover rapide". Par exemple, l'analyse du degré de tension des muscles anti-gravifiques impliqués dans l’équilibre posturologique est une approche classique en sémiologie médicale analytique. Cette approche peut être "détournée" pour appréhender et suivre les mécanismes d'adaptation immédiate à des évènements transitoires pouvant influer sur les performances psycho-physiologiques d’un sujet, la qualité de ces adaptations pouvant retentir, à plus ou moins long terme, sur son équilibre (sanitaire) global.

Les muscles anti-gravifiques sont en effet soumis à de fréquentes adaptations imposées par la nécessité de maintenir notre équilibre en position debout. C’est le cerveau qui commande les actions adéquates nécessaires à la correction des anomalies, et ce à partir des informations reçues de nombreux capteurs périphériques. La recherche d'une asymétrie du tonus de certains muscles posturaux permet donc de localiser les tensions et les limites de mobilisation des membres et du tronc et de vérifier si cette asymétrie perdure lorsqu’on modifie une entrée des systèmes de contrôle qui paraît déficiente. Plus difficile sera le maintien de l'équilibre, quelles qu’en soient les causes, plus l'énergie réclamée par l’organisme sera grande. L’appréciation clinique du degré de tension des muscles antigravifiques permet donc bien de sonder le niveau des performances énergétiques propres à chacun et de suivre, pratiquement en temps réel, la qualité de son adaptation à l'environnement.

 

1ère question : l'environnement électromagnétique (EEM-RF) va-t-il en augmentant ?

Réponse oui, et de façon artificielle en raison de la multiplication des objets connectés et donc de l'utilisation des radiofréquences (RF).

 

2ème question : existe-t-il un effet de l'EEM-RF sur notre organisme et si oui, est-il nociceptif (défavorable) ou facilitateur (favorable) vis-à-vis de notre "bien être" ?

Rép. n°1 il est possible d’affirmer, sur la base du testing des tensions musculaires anti-gravifiques, que l'augmentation de l'EEM-RF par le port (sur soi) d'un "smartphone" ou de tout autre appareil connecté aggrave, de façon nettement significative, les tensions des chaînes musculaires antigravifiques, traduisant l'effet nociceptif de l'EEM-RF sur (certaines de) nos performances ;

Rép. n°2 l'effet nociceptif du téléphone disparaît si la distance le séparant du sujet est "suffisante" ; cette distance dépend du sujet et se situe, en moyenne, au-delà de 60 cm, mais elle est très nettement supérieure chez des sujets qui se perçoivent comme "électro-sensibles".

 

3ème question : le niveau actuel de l'EEM-RF suffit-il déjà à influer sur ces chaînes musculaires antigravifiques, même si nous restons éloignés de tout appareil connecté ?

Réponse le constat, en cage de Faraday où est annulé l'EEM-RF, de la très nette diminution des tensions des chaînes musculaires antigravifiques, traduisant l'augmentation significative de nos performances musculaires, prouve quele niveau actuel de l'EEM-RF a bien déjà un impact nociceptif significatif.

 

4ème question : quel est, dans ce contexte, le rôle du patch GINKO Control® ?

Réponse lorsque collé au dos d'un téléphone porté sur soi, un patch de 29 mm restitue complètement le niveau des performances musculaires atteintes en cage de Faraday, ce que ne fait pas un placebo collé à la place du patch. Il apparaît ainsi, toujours sur la base de performances musculaires antigravifiques, que le patch GINKO Control® élimine en quasi totalité l'impact nociceptif de l'EEM-RF. La préservation de ces performances pourrait traduire une propriété plus générale des patches GINKO Control®, la protection d'un organisme vivant face à certains effets (nociceptifs) de l’EEM-RF et ce quel qu'en soit le niveau.

 

5ème question : comment ça marche ?

Réponse: les effets facilitateurs du patch GINKO Control® sur l'organisme pourraient, en partie au moins, être liés à un déphasage passif de 180° invoqué à l'origine, mais d’autres mécanismes sont aussi en cours d'investigation.

 

Illustrations : mesures effectuées en double aveugle (patch GINKO Control® ou placébo) sur 30 volontaires informés et ayant signé un consentement éclairé

L'illustration ci-après a été obtenue par appréciation qualitative des tensions musculaires para-vertébrales à partir de 30 sujets volontaires sains (très) utilisateurs de téléphones cellulaires.

Nombre de sujets sur 15 sans aucune tension musculaire au niveau de S1

 

Légende

 

EEM standard (hors cage F) :            Environnement Electro-Magnétique moyen actuel, sujet hors cage de Faraday et sans téléphone ou autre appareil connecté

Phone Off hors cage de Faraday :     Téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet hors cage de Faraday (EEM standard)

Phone Off hors cage de Faraday :     Téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet dans une cage de Faraday (EEM annulé)

Phone Off et P29 hors cage F :          Patch GINKO Control de 29 mm collé au dos d’un téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet hors cage de Faraday (EEM standard)

Nombre de sujets sur 15 sans aucune tension musculaire au niveau de L5

 

Légende

EEM standard (hors cage F) :            Environnement Electro-Magnétique moyen actuel, sujet hors cage de Faraday et sans téléphone ou autre appareil connecté

Phone Off hors cage de Faraday :     Téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet hors cage de Faraday (EEM standard)

Phone Off hors cage de Faraday :     Téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet dans une cage de Faraday (EEM annulé)

Phone Off et P29 hors cage F :          Patch GINKO Control de 29 mm collé au dos d’un téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet hors cage de Faraday (EEM standard)

 

Nombre de sujets sur 15 sans aucune tension musculaire au niveau de L4

 

Légende

EEM standard (hors cage F) :            Environnement Electro-Magnétique moyen actuel, sujet hors cage de Faraday et sans téléphone ou autre appareil connecté

Phone Off hors cage de Faraday :     Téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet hors cage de Faraday (EEM standard)

Phone Off hors cage de Faraday :     Téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet dans une cage de Faraday (EEM annulé)

Phone Off et P29 hors cage F :          Patch GINKO Control de 29 mm collé au dos d’un téléphone connecté (type smartphone), en veille mais porté sur soi, sujet hors cage de Faraday (EEM standard)